Voix d'Afrique N° 81

LITTERATURE AFRICAINE

 

Alain Mabanckou est né en 1966 au Congo Brazzaville. Il fait ses études primaires et secondaires à Pointe-Noire, où il réussit au baccalauréat Lettres et Philosophie.
Selon le désir de sa mère, il fait ses études de Droit d’abord à Brazzaville, puis en France, à Paris, où il obtient un DEA en Droit des affaires.

Devenu conseiller à la Lyonnaise des Eaux (SUEZ), il occupe ce poste pendant une décennie. En même temps, il publie des livres de poésie. Il fait paraître un premier roman en 1998, « Bleu-Blanc-Rouge », qui lui vaut le Grand prix littéraire d’Afrique noire.

Mémoires de porc-épicEn 2001, il part aux Etats Unis. Puis, en 2002, il démissionne de la Lyonnaise des Eaux lorsque l’Université du Michigan lui propose le poste de Professeur des littératures francophones. En 2006, il accepte l’offre de la prestigieuse Université de Californie-Los Angeles, UCLA, où il enseigne actuellement au Département d’études francophones et de littérature comparée.

« Verre Cassé » – roman paru aux éditions du Seuil en janvier 2005, largement salué par le public et la critique, adapté au théâtre, traduit dans une demi-douzaine de langues – a été un événement littéraire en France et dans le monde francophone.
Ce livre a reçu la même année le Prix des Cinq continents de la Francophonie, le Prix Ouest-France /Etonnants Voyageurs et le Prix RFO du livre. Sélectionné par le jury du Prix Fémina, Verre Cassé a été finaliste au Prix Renaudot 2005.
Mémoires de porc-épic, (Seuil 2006) a reçu le Prix RENAUDOT 2006, le Prix Aliénor d’Aquitaine 2006 et Le Prix de la rentrée littéraire française 2006. n

D’après la biographie dans le site internet “Alain Mabanckou”

 

Verre Cassé
Alain Mabanckou
une belle réussite

“... La réussite de ce cinquième roman accroît ma mauvaise conscience d’avoir ignoré Alain Mabanckou jusqu’à présent. Verre Cassé est une œuvre truculente, exubérante, tonitruante... Quelle tchatche ! la verve d’Alain Mabanckou est un fleuve en branle qui emporte tout sur son passage, les mots, les hypocrisies, les convenances, les traditions, le politiquement correct.“ Bernard Pivot, dans “ Le journal du Dimanche “ 20 février 2005.

Il est vrai que ce roman du Congolais Alain Mabanckou est une réussite totale, un vrai régal.
Ecrit dans un style léger, donc facile à lire, l’auteur nous plonge dans un univers qui tient beaucoup plus du fantastique que de la réalité. On y va à la rencontre de personnages aussi étranges les uns que les autres et à qui la vie n’a pas fait de cadeau. C’est d’abord Verre cassé lui même, qui s’improvise écrivain sur insistance de son ami l’Escargot Entêté, propriétaire du bar “ Le crédit a voyagé “, où Verre cassé aime aller engloutir sa misère dans les verres de vin. Ce dernier accepte donc le challenge et se met à raconter dans un cahier tant sa propre histoire que celle de la bande d’éclopés, de crève-la-faim qui fréquentent ce bar pour le moins atypique. On y rencontre entre autre l’Imprimeur qui chante sa nostalgie de la France ou encore le Vieux aux Pampers dont un passage en prison a laissé des souvenirs douloureux et de visibles séquelles physiques. Vertige et rire sont garantis dans ce roman qui ne respecte même pas les règles d’écriture normale.

Car Alain Mabanckou a décidé d’écrire un roman tout en virgule, pas le moindre point à la ligne.

D’après la recension dans le site internet “Alain Mabanckou”


Verre Cassé
Roman / Editions du Seuil / 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Précédente suivant