Voix d'Afrique N°112

Missionnaires d'Afrique - Pères Blancs

 

Sur la carte, c’est une toute petite commune, mais qui a une histoire très ancienne, qui remonte au temps des Romains. Nous sommes à 34 km au nord de Paris, sur les bords de l’Oise, dans le diocèse de Pontoise.
La maison où nous vivons a été construite en 1880, pour être un orphelinat de jeunes filles, qui a fermé ses portes en 1908. Toute la propriété fut donnée aux Jésuites qui en font un centre de retraite spirituelle pour hommes. Ils lui donnent alors le nom de « Villa St Régis »

Pendant la guerre 1914-1918 elle devient un hôpital militaire et durant la guerre 1940-1944 c’est l’armée allemande qui en fait sa résidence.

En 1950, les Pères Blancs prennent la suite des Jésuites pour réunir les frères après leur noviciat en vue de leur donner une formation spécialisée avant de partir en Afrique. Les confrères en congé s’y rassemblent aussi pour la retraite ignatienne de 30 jours ou pour leur retraite annuelle et des sessions de formation continue.

Toujours missionnaires
De nos jours la maison a quelque peu changé d’objectif : Elle accueille maintenant des résidents Pères Blancs qui sont heureux de goûter un peu de repos après des années passées en Afrique, repos qui demeure actif suivant les possibilités de chacun.

.

Quoique vivant sur les bords de l’Oise, nous avons toujours un œil et une oreille tournés vers le pays d’Afrique où nous avons vécu heureux pendant des années. Nous pouvons ainsi échanger sur nos expériences missionnaires différentes mais qui reflètent le même zèle apostolique et l’esprit que nous a communiqué notre fondateur, le Cardinal Lavigerie. Nous formons ainsi une famille toujours missionnaire, porteurs de la Bonne nouvelle au cœur de l’Église où nous sommes maintenant implantés. Nous le faisons en participant aux préoccupations, joies et souffrances de ceux et celles qui nous entourent, en rendant les quelques services qu’il nous est encore possible d’offrir.

. .
Animation d’une retraite. À Mours, notre dynamisme missionnaire s’exprime dans notre vie de rencontre avec le Seigneur à travers notre prière personnelle et communautaire : une vie à caractère monastique.
Devant la maison une statue dédiée à Marie, Reine d’Afrique, est entourée de fleurs éclatantes.

Il est là,
Celui qui nous a appelés.

Ensemble, nous avons accompli notre ministère, ensemble, nous devons nous aider à rester à l’écoute du Seigneur. Notre dynamisme missionnaire ne s’exprime plus comme dans le passé dans le ministère auprès des communautés africaines, mais dans une vie de rencontre avec le Seigneur à travers notre prière personnelle et communautaire. Certains évoquent même une vie à caractère monastique dans le soin que chacun apporte pour présider les eucharisties, participer aux récollections mensuelles, animer les prières.

Le partage proposé au cours des réunions communautaires permet d’échanger sur les valeurs profondes que nous essayons de vivre. Nous sommes aussi porteurs auprès de Dieu, des intentions de nos confrères pleinement engagés dans l’apostolat.

Chacun a sa place
au service de tous

La maison est grande, le parc de 5 ha demande de l’entretien, et chacun essaie donc de contribuer, selon ses possibilités et ses charismes à la propreté et à la beauté des lieux.

C’est ainsi qu’en arrivant à Mours vous pouvez admirer les pelouses fraîchement tondues, les plates-bandes de fleurs qui entourent la maison et ornent les jardinières, et si vous faites le tour du parc, vous verrez les haies taillées, les allées et les sous-bois dégagés, les arbres fruitiers en fleurs ou avec des fruits suivant la saison. Mais attention à ne pas vouloir atteindre les cerises trop éloignées de l’échelle !! Avec un peu de chance vous apercevrez peut-être un écureuil à la recherche d’une noisette ou d’une noix.


Travailler pour créer de la beauté c’est aussi refléter l’amour de Dieu.
D’autres s’occupent des tâches plus ingrates à l’intérieur de la maison : réparer un robinet, fixer une porte, mais aussi veiller au tri sélectif des déchets, débarrasser une chambre. Inutile de tout détailler car ce sont les travaux habituels que vous connaissez chez vous !! Mais un soin particulier est apporté pour que la chapelle soit ornée de fleurs et qu’elle soit agréable pour accueillir notre prière et nos célébrations liturgiques auxquelles participent des personnes de l’extérieur.

La porte est grande ouverte
Un peu trop parfois !! Puisque cela a permis à des voleurs de nous surprendre dans notre sommeil.
Ceux que nous accueillons avec plaisir, ce sont des groupes de jeunes et d’adultes qui viennent pour le week-end : les scouts et guides de Paris et de la banlieue qui apprécient la beauté du parc et la salle de repli en cas d’intempéries car certains se risquent même de venir l’hiver.

.
Animation d’une prière des enfants par le Père Masquelier..
Animation des responsables d’un camp de Rom à Méry-sur-Oise.

La venue du printemps coïncide avec les demandes de groupes de catéchèse en semaine et en week-end pour un temps de prière pour se préparer à la réception du sacrement de l’Eucharistie ou à la profession de foi.
Tout au long de l’année des prêtres et religieux viennent passer une journée pour leur récollection mensuelle, d’autres, accompagnés des laïcs, nous sollicitent pour des réunions pastorales ou pour un temps de ressourcement.
Au début de l’été et en septembre/octobre sont organisées les retraites annuelles pour nos confrères de la province ou ceux en congé ainsi que les sœurs de Notre-Dame d’Afrique.

La porte est aussi
ouverte sur l’extérieur

Certains d’entre nous répondent aux appels des paroisses environnantes : C’est ainsi que l’un assure une messe chaque semaine à l’hôpital de Beaumont sur Oise, un autre au cen-tre psychiatrique des « Oliviers ». Nous rendons aussi service quotidiennement à deux communautés de religieuses qui sont heureuses d’avoir la messe quotidienne célébrée dans leur chapelle. Les paroisses des environs nous sollicitent aussi pour remplacer un prêtre qui doit s’absenter afin d’assurer la messe dominicale.

Témoignage d’un couple :

Voici le témoignage de Jean Paul et Lucette qui participent régulièrement aux offices religieux de la maison.

Située en «grande banlieue» de la région parisienne, la communauté des Pères Blancs de Mours, regroupe des pères et des frères au retour d’Afrique et autres continents. Après une vie très active, toute tournée vers les autres, ils ne se sont pas endormis dans le calme d’une retraite.

En effet, ils accueillent généreusement tous les appels provenant des paroisses voisines. Combien de paroisses sont dépannées pour assurer leurs messes du dimanche ? Combien d’équipes paroissiales ou de secteur peuvent avoir leur aumônier ? Combien de particuliers trouvent ici un guide spirituel fidèle et efficace ?
Ils accueillent aussi tous les groupes en recherche d’un lieu calme et priant pour faire une journée ou une semaine de «récollection».

Leur porte est toujours ouverte pour tous leurs offices. Aubaine pour les chrétiens qui ne trouvent pas dans leurs paroisses une messe dominicale qui leur convienne : horaire, absence totale de messe dans les petites paroisses, ambiance ne convenant pas à ses besoins spirituels, etc.

Et cet accueil permet à beaucoup de s’ouvrir à une compréhension et de la Bible et du rituel et voir souvent leur vie évoluer grâce à ce sens très pratique de la vie de foi que les pères leur font découvrir dans leurs cérémonies.

En particulier, quelle joie profonde de ne pas être «spectateur» d’une messe célébrée «pour eux» mais de participer à une messe célébrée «avec eux» !
Et la messe finie, devant la chapelle, les liens nombreux et amicaux se font jour entre les «paroissiens d’un jour» entre eux et avec les habitants de la maison. Un petit «goûter», lors des grandes fêtes, réunit tous ceux qui le désirent dans un moment de joie et d’amitié.

Très souvent, des groupes de scouts, profitent du parc et aussi d’une messe qu’ils apprécient comme on peut le voir dans leur attitude.
Bref, une famille accueillante et militante. Nous en remercions le Seigneur et lui demandons bien vivement de nous maintenir cette famille bien en vie, ici, à Mours.

Lucette et Jean-Paul

 

P. Yves Masquelier,
Responsable
de la Communauté
de Mours

Les visiteurs profitent du parc, des fleurs et sont surpris par la rencontre des écureuils !


Retour sur Mours

.............. Suite